Accueil > Actualités > Conférences et débats > Le Corps amoureux : Éros en peinture

Samedi 19 octobre à 15 h 30

Le Corps amoureux : Éros en peinture

Conférence Histoire de l’art par Sylvie Testamarck

Ce cycle de conférences est organisé en collaboration avec la médiathèque Boris-Vian pour la réalisation des bibliographies.


Tous publics
Tarifs : 5 € - Non adhérents
 / Entrée libre - Adhérents et moins de 18 ans

Conférence proposée en résonance avec l’exposition Désir et volupté à l’époque victorienne, présentée au musée Jacquemart-André de septembre 2013 à janvier 2014.

Le thème de l’amour et de l’éros parcourt l’histoire des arts. On le retrouve dans les arts visuels, la littérature et la musique. À travers un choix iconographique très large, nous aborderons ici les différentes facettes du thème amoureux : promesse de fidélité, tendresse, volupté, mais aussi rapt, enlèvement et jalousie.

L’échange de promesses est une étape fondamentale dans la dynamique de l’amour. Il s’agit de s’engager à maintenir un lien pour la vie. Dès la déclaration au mariage, les promesses d’amour s’accompagnent de cadeaux divers et ont donné de nombreuses représentations (le célèbre Portrait de l’artiste tenant un chardon de Dürer en étant un des exemples les plus émouvants). Dans Vénus et Adonis, Canova a admirablement traité le thème de la tendresse amoureuse par le jeu des bras et du regard qu’échangent les amants.

L’agression a été également souvent représenté : l’amant repoussé, jaloux, sent monter en lui une rage qui le pousse à agresser l’objet de son désir. L’abondante fortune iconographique de l’agression de Suzanne par les deux vieillards lubriques témoigne de l’intérêt des peintres pour le sujet. Mais attention, il existe aussi de nombreuses situations où le rôle des protagonistes est renversé (voir le « chaste » Joseph agressé par la femme de Putiphar).

Le rapt est aussi puissamment décliné en peinture et en sculpture. De l’enlèvement de Proserpine à celui des Sabines, les peintres et sculpteurs sont nombreux à avoir décliné ces thèmes de la conquête amoureuse violente.

Des hétaïres grecques aux courtisanes de la Renaissance puis aux prostitués modernes, le thème de l’amour vénal a également souvent inspiré les artistes oscillant entre images licencieuse et dénonciation.

Nous achèverons ce parcours avec le baiser fougueux que Vénus donne à Mars dans une œuvre de Palma le Jeune datant de 1590. Ne l’oublions pas : « Le monde n’est en paix que lorsque le dieu de la guerre repose avec Vénus. »

EN COMPLÉMENT
Sortie culturelle tous publics Dimanche 17 novembre en matinée