Accueil > Actualités > Conférences et débats > Les Nabis

samedi 8 octobre à 15 h 30

Les Nabis

Conférence Histoire de l’art par Sylvie Testamarck

Tous publics
Tarifs : 5 € - Non adhérents
 / Entrée libre - Adhérents et moins de 18 ans
3 € - Adhérents des partenaires tremblaysiens

« Se rappeler qu’un tableau – avant d’être un cheval de bataille, une femme nue, ou une quelconque anecdote – est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées. » Maurice Denis

En 1888, un groupe de jeunes peintres se donnent le nom de Nabis (de l’hébreu nabiim qui veut dire prophètes, inspirés). Parmi eux, nous trouvons entre autres Paul Sérusier, Pierre Bonnard, Paul Ranson, Maurice Denis, Édouard Jean Vuillard, Ker Xavier Roussel, Aristide Maillol et Félix Vallotton. Ils se réunissent chaque semaine dans l’atelier de Ranson ou dans les bureaux de la Revue Blanche pour laquelle ils réaliseront de nombreuses illustrations.

Dans leurs œuvres, ils s’inspirent de L’école de Pont Aven, de Gauguin et Van Gogh, du japonisme, des poètes symbolistes et de l’art populaire. Ne se limitant pas à la peinture, ils s’intéressent à toutes les formes de décoration et d’expression : tissus et papiers peints, illustrations de livres, vitraux et tapisseries. Les Nabis ne cherchent pas à être fidèles à une réalité observée. Pour eux, peindre c’est transposer la nature et donner un équivalent plastique et coloré à des sensations, émotions ou états d’âme. Fidèles à ces principes, ils choisissent la synthèse et la stylisation des formes.

Il existe dans ce mouvement pictural deux orientations distinctes. L’une, profondément sacrée, est menée par Denis et la volonté qu’il a de renouveler l’art religieux. L’autre est profane et, jouant volontiers de la juxtaposition de motifs décoratifs et de cadrages atypiques, s’attache davantage à décliner des sujets issus de la vie moderne (portraits d’élégantes, scènes d’intérieurs bourgeois, femmes au jardin...).

Vers 1990, les artistes se dispersent et suivront désormais des chemins différenciés. Les Nabis auront toutefois participé à la réinvention du langage pictural contribuant ainsi à l’émergence des avant-gardes du début du XXe siècle.

S. T.

SYLVIE TESTAMARCK
Sylvie Testamarck est diplômée des Beaux-Arts de Paris. Travaille la sculpture jusqu’en 1992, date à laquelle elle abandonne définitivement cet outil d’expression au profit du dessin. Expose régulièrement. Assure par ailleurs des conférences sur Paris et environs. Elle est aussi professeur d’histoire de l’art à l’Université Averroès de Bondy.