Accueil > Actualités > Conférences et débats > Ceux qui partent : les peintres-voyageurs

samedi 19 mars à 15 h 30

Ceux qui partent : les peintres-voyageurs

Conférence Histoire de l’art par Sylvie Testamarck

Tous publics
Tarifs : 5 € - Non adhérents
 / Entrée libre - Adhérents et moins de 18 ans
3 € - Adhérents des partenaires tremblaysiens

Du « peintre voyageur » dont Gauguin demeure l’exemple privilégié à la figure de « l’artiste-arpenteur » dans l’art contemporain.

La Renaissance est marquée par le désir de l’homme d’étendre sa perception au-delà des limites connues. Les déplacements dès lors s’intensifient dans le domaine des arts. Charles Le Brun, Simon Vouet, Nicolas Poussin partent en Italie tandis que d’autres artistes (tel Orazio Gentileschi) voyagent en France.

À la fin du XVIIe s’instaure « Le Grand Tour » : le fameux voyage d’apprentissage à Rome incontournable pour un jeune artiste de l’époque. Ce parcours, presque ritualisé, se développe au XVIIIe et prépare cette fascination de l’ailleurs qui s’épanouira plus tard avec l’orientalisme. Le XIXe siècle réinvente l’idée et le processus même du voyage en renouvelant les moyens de transport à travers le monde. Cette époque voit également apparaitre la figure beaudelairienne du « flâneur » qui, elle-même, prépare les déambulations des surréalistes.

Dans notre société en perpétuel mouvement, l’artiste lui-même devient un individu par essence mobile : c’est « l’artiste-arpenteur » dont les déplacement fondent les réalisations, tels Richard Long ou Hamisch Fulton (et d’autres) dont le travail ne se conçoit que dans le mouvement .

S. T.

SYLVIE TESTAMARCK
Sylvie Testamarck est diplômée des Beaux-Arts de Paris. Travaille la sculpture jusqu’en 1992, date à laquelle elle abandonne définitivement cet outil d’expression au profit du dessin. Expose régulièrement. Assure par ailleurs des conférences sur Paris et environs. Elle est aussi professeur d’histoire de l’art à l’Université Averroès de Bondy.