Accueil > Actualités > Conférences et débats > Le Paysage dans l’art

samedi 29 mars à 15 h 30

Le Paysage dans l’art

Conférence Histoire de l’art par Sylvie Testamarck

Tous publics
Tarifs : 5 € - Non adhérents
 / Entrée libre - Adhérents et moins de 18 ans

Paysage à l’époque classique et baroque, paysage naturaliste, romantique, impressionniste, imaginaire, paysage abstrait. Petite histoire du paysage en peinture.

Le paysage possède une dimension esthétique à la fois littéraire et picturale très importante. Il demeure une grande source d’inspiration même s’il n’a pas toujours été interprété de façon identique au cours des siècles.

Durant tout le Moyen-Age, par exemple, le paysage n’est conçu que comme œuvre divine et sa représentation fait perpétuellement référence à son créateur. C’est avec les primitifs italiens des XIIe et XIIIe siècles qu’on voit peu à peu apparaitre le paysage dans le fond du tableau, celui-ci remplaçant peu à peu les fonds ors censés représentés la lumière divine. Le paysage comme unique sujet de peinture est donc une idée qui se développe lentement dès la fin du moyen-Age, lorsque la nature commence à se laïciser. D’abord perçu au travers du cadre des fenêtres dans les œuvres représentant des scènes intérieures, il tend à s’autonomiser de plus en plus jusqu’à occuper l’ensemble de la toile dès la Renaissance.

Prétexte à l’extériorisation symbolique d’un état d’âme, il devient pendant l’époque romantique producteur d’émotions et d’expériences subjectives. Les impressionnistes, quant à eux, voient le paysage sous les effets toujours changeant de l’ombre et de la lumière attentifs essentiellement à capter l’instantanéité d’un passage du temps.
Au XXe siècle, le terme de « paysagisme abstrait » a été forgé à propos de plusieurs peintres non-figuratifs tels Manessier ou Zao Wou Ki qui tentent de capter l’énergie immatérielle qui anime et façonne le monde.