Accueil > Actualités > Conférences et débats > Les femmes artistes du XIIIe au XIXe siècle

Samedi 1er juin à 15 h 30

Les femmes artistes du XIIIe au XIXe siècle

Conférence Histoire de l’art par Sylvie Testamarck

Ce cycle de conférences est organisé en collaboration avec la médiathèque Boris-Vian pour la réalisation des bibliographies.


Tous publics
Tarifs : 4 € - Non adhérents
 / Entrée libre - Adhérents et moins de 18 ans

Pendant longtemps, les femmes ont été écartées de l’apprentissage et de la pratique de l’art pour des raisons historiques et culturelles.

Au cours du Moyen-Âge, l’enluminure des manuscrits était une activité exercée tant par les moines que par les nonnes. Les femmes demeuraient néanmoins en dehors de la vie artistique concentrée dans les guildes dont le règlement les excluait.

À la Renaissance, la vie artistique passe des guildes aux Académies et aux Ateliers dirigés par des maîtres. On y suit un apprentissage long et difficile : couleur, dessin, étude de la perspective, dissection de cadavre, etc. Les femmes n’y ont aucun accès. Certaines d’entre elles échappèrent toutefois à cette exclusion. Il s’agit de filles ou d’épouses de peintres qui - si ces derniers le permettaient - accédaient à un atelier (c’est le cas d’Artémisia Gentileschi, Lavinia Fontana, La Tintoretta). Des jeunes filles de familles aristocratiques peuvent aussi bénéficier d’un enseignement artistique telle Sofonisba Anguissola qui fera une brillante carrière.

En 1648, Louis XIV fonde l’académie Royale et déclare accorder sa protection aux artistes, sans égard pour la différence de sexe. Citons parmi les plus connues de cette époque, la vénitienne Rosalba Carriera, Madame Vigée-Lebrun, la berlinoise Angelica Kauffman.

En 1897, l’Ecole des Beaux-Arts s’ouvre enfin aux femmes mais les classes ne sont toujours pas mixtes et elles ne peuvent toujours pas faire de nus d’homme. En 1900, elle leur sera enfin ouverte sans restriction. Le nombre des femmes artistes ira en s’accroissant. Elles se nomment Rosa Bonheur, Mary Cassatt, Camille Claudel, Suzanne Valadon.