Accueil > Actualités > Conférences et débats > Conférences et débats

samedi 11 février de 15 h 30

Katsushika Hokusai (1760-1849)

Conférence Histoire de l’art par Sylvie Testamarck

Entrée libre - Adhérents et moins de 18 ans
3 € - Adhérents des partenaires tremblaysiens
Tarifs : 5 € - Non adhérents

« Même fantôme, j’irai marcher gaiement, l’été, dans les landes. »
Génie protéiforme, Hokusai a laissé une production monumentale dans les domaines les plus divers : estampes, dessins, peintures, illustrations, ouvrages.

Né en 1760 à Edo, Katsushika Hokusai exerça différents métiers avant d’entrer, à 19 ans, dans l’atelier de Shunshō (1726-1792), l’un des maîtres les plus célèbres de son temps, spécialisé dans les portraits de comédiens. Il quitta cet atelier quinze ans plus tard et poursuivit dès lors librement ses études, s’intéressant à l’esthétique chinoise, aux techniques des écoles traditionnelles Kanō et Tosa comme aux principes de la peinture européenne. Il adopta plusieurs noms de pinceaux évoquant, chacun d’entre eux, un changement opéré dans le domaine technique ou celui de la vision prouvant, par là même, l’effort de renouvellement artistique et intellectuel qu’il ne cessa jamais de fournir. Les estampes qui le rendirent célèbre furent dessinées après 1820. Il s’agit des éblouissantes séries sur les Ponts, les Cascades, les Images d’oiseaux et de fleurs, et surtout les Trente-Six Vues du mont Fuji dont la plus célèbre d’entre elle, La Vague au large de Kangawa.

« Le vieillard fou de dessin », tel que lui-même a choisi un moment de se nommer, eut une existence particulièrement longue et féconde, portée par un élan créateur qui devait l’animer jusqu’au bout. « Depuis l’âge de 6 ans, a-t-il écrit, j’ai dessiné la forme des objets. Vers l’âge de 50 ans, j’ai publié une infinité de dessins, mais je suis mécontent de tout ce que j’ai produit avant l’âge de 70 ans. C’est à l’âge de 73 ans que j’ai compris, à peu près, la forme et la nature véritable des oiseaux, des poissons et des plantes. Par conséquent, à l’âge de 80 ans, j’aurai fait beaucoup de progrès. A 100, je serai décidément parvenu à un état supérieur, indéfinissable, et à l’âge de de 110 ans, soit un point, soit une ligne : tout sera vivant. »

S. T