Accueil > Actualités > Conférences et débats > Balthus - 1908-2001

samedi 19 mars à 15 h 30

Balthus - 1908-2001

Conférence Histoire de l’art par Sylvie Testamarck

Tarifs : 5 € - Non adhérents
 / Entrée libre - Adhérents et moins de 18 ans
3 € - Adhérents des partenaires tremblaysiens

Peintre inspiré, étrange et figuratif, se situant en dehors de tout courant et école : un « classique-moderne ».

Né dans une famille d’artistes d’origines polonaises (père historien d’art, mère peintre), Balthus fait très jeune la connaissance de Pierre Bonnard, d’André Gide, d’André Derain, de Wilhem Uhde qui encouragèrent sa vocation. Il rencontre également le poète Reiner-Maria Rilke qui devint son mentor. Celui-ci préfaça et fit publier le recueil de dessins que l’adolescent, alors âgé de 14 ans, avait réalisé. C’est dans ce milieu très favorable à l’éclosion de son talent que grandira le peintre dont le frère, Pierre Klossowski, écrivain, est lui-même également dessinateur.

Autodidacte, il apprend en s’exerçant à la copie des maîtres, au Louvre. Il achève cette formation par un voyage en Italie. A Arezzo, en Ombrie, Balthus découvre l’immense Piero della Francesca dont les fresques éblouissantes devaient avoir tant d’influence sur ses créations à venir.

Scènes d’intérieurs, portraits et paysages forment l’essentiel d’une œuvre exécutée à Paris dans les années 30, puis en Savoie, puis dans le Morvan, en Italie par la suite, en Suisse enfin où il devait mourir dans une demeure immense aux allures de frégate. Nommée par Malraux directeur de la villa Médicis à Rome entre 1961 et 1977, il contribuera largement au renouveau de cette institution.

Rare, discret, solitaire, controversé (aujourd’hui encore plus qu’hier hélas..), sa production toute entière se situe délibérément en marge des mouvements artistiques qui se sont déclinés tout au long du siècle. Ses tableaux, peu nombreux au demeurant, tous idéalement composés, déclinent une œuvre à jamais troublante au réalisme teinté d’onirisme.

S.T.